Quelles sont les nouvelles obligations des agents immobiliers ?

Quelles sont les nouvelles obligations des agents immobiliers ?

La loi Alur, est un ensemble de réglementations régissant le marché immobilier français. Elle a été promulguée en 2014 dans le but d’accroître la transparence et de protéger les acheteurs et les vendeurs. Pour les agents immobiliers, il est important de connaître les dispositions de la loi afin de pouvoir conseiller au mieux vos clients. Pour cela, ils ont obligation de passer une formation dans le cadre de la loi Alur, comme proposée par Eurobail Formation. 

Ce que vous devez savoir…

La loi Alur s’applique à la fois aux transactions résidentielles et commerciales, et elle couvre tout, des contrats de vente aux relations entre propriétaires et locataires. L’un des aspects les plus importants de la loi est l’obligation pour les vendeurs de fournir un rapport de « diagnostic de performance énergétique » (DPE) aux acheteurs. Ce rapport doit être fourni avant la signature de tout contrat de vente et contient des informations sur l’efficacité énergétique du bien.

A lire également : Le rôle du courtier immobilier en France

Une autre disposition clé de la loi Alur est l’introduction d’un nouveau type de contrat appelé « bail mobilité ». Ce contrat s’adresse spécifiquement aux locataires qui sont étudiants, stagiaires, apprentis ou travailleurs sous contrat de courte durée (moins d’un an). Il leur offre une plus grande flexibilité en termes de déménagement si leur situation change, et il limite également la possibilité pour les propriétaires d’augmenter le loyer pendant la durée du contrat.

Enfin, la loi Alur contient des dispositions relatives aux dépôts de garantie, aux augmentations de loyer et aux expulsions. Par exemple, le dépôt de garantie est plafonné à un mois de loyer pour les biens dont le prix de location est inférieur à 2 000 euros par mois. Et les propriétaires ne peuvent expulser les locataires que pour certaines raisons précisées par la loi, comme le non-paiement du loyer ou les dommages causés au bien. 

A lire en complément : Estimer votre bien immobilier sans partager vos coordonnées : les techniques efficaces

Les changements apportés par la loi Alur

La loi Alur a considérablement changé la donne pour les agents immobiliers. Effectivement, ces derniers sont désormais soumis à de nouvelles obligations en matière d’information et de transparence.

L’article 6 de la loi impose aux agents immobiliers de fournir des informations précises sur les biens qu’ils mettent en vente ou en location. Ces informations concernent notamment le prix du bien, sa superficie et son état général. Les professionnels doivent aussi fournir une description détaillée du bien ainsi que des photographies récentes et fidèles.

L’article 7 prévoit quant à lui l’obligation pour les agents immobiliers de remettre au futur acquéreur un document regroupant toutes les informations utiles sur le bien (diagnostics techniques obligatoires, règlement concernant la copropriété…). Ce document doit être remis avant la signature du compromis ou avant tout autre engagement irréversible.

Cette obligation s’étend aussi aux locations : l’article 3-2 oblige les agences à informer le locataire des frais qui seront facturés dans le cadre de cette location (frais d’agence par exemple).

L’article 5 impose aux agents immobiliers une obligation générale d’information vis-à-vis des clients sur leurs droits et obligations respectifs ainsi que sur l’évolution probable du marché immobilier local.

Pour se conformer à ces nouvelles obligations légales, il faut mettre en place un processus rigoureux permettant d’informer efficacement leurs clients acheteurs ou locataires. Cette nouvelle législation permet de renforcer la protection des consommateurs et d’assurer une plus grande transparence dans le secteur immobilier.

Les conséquences pour les professionnels de l’immobilier

Les nouvelles obligations imposées aux agents immobiliers ont des conséquences importantes pour les professionnels du secteur. En effet, ils doivent désormais mettre en place des procédures strictes pour se conformer à la loi Alur.

Les agences immobilières doivent être équipées de moyens leur permettant de fournir des informations précises et actualisées sur les biens qu’elles commercialisent (logiciels de gestion immobilière notamment).

L’article 7 oblige à une vérification minutieuse des documents remis aux clients acquéreurs ou locataires afin de s’assurer que toutes les informations obligatoires sont présentes. Si ce n’est pas le cas, cela peut entraîner la nullité du contrat et engager la responsabilité civile et pénale de l’agent immobilier concerné.

L’article 6 impose aussi une obligation d’affichage dans les vitrines des agences mentionnant le prix affiché par rapport au prix réellement pratiqué ainsi que la superficie exacte du bien vendu ou loué.

Les agents immobiliers doivent être capables de bien renseigner efficacement leurs clients acheteurs ou locataires. Des formations régulières sont donc nécessaires pour maintenir un haut niveau d’expertise sur le marché immobilier local.

Ces nouvelles obligations ne font qu’accroître davantage le poids administratif qui repose déjà sur les épaules des agents immobiliers. Cela assure aussi une meilleure sécurité juridique tant pour les professionnels que pour leurs clients. Les agents immobiliers qui ne se conformeraient pas à ces nouvelles obligations risqueraient des sanctions lourdes, pouvant aller jusqu’à la suspension définitive de leur carte professionnelle.