Taux immobiliers : où en sommes nous en 2022 ?

Pour acquérir un bien immobilier, il faut se faire aider par les institutions de micro-finances à l’instar des banques. Pour ce faire, il convient de bien se renseigner sur les taux immobiliers avant de se lancer. A cet effet, où en sommes-nous en 2022 avec les taux immobiliers ? La réponse est dans cet article.

Point de l’évolution des taux immobiliers en 2022

L’analyse que nous nous apprêtons à faire tiendra compte de l’évolution des taux immobiliers. Et ce, de Janvier 2022 à Août 2022. Ainsi, de Janvier en Février, il n’y a pas eu de grands changements par rapport aux taux. Car les moyennes sont comprises entre 0,6% et 1,25% selon la durée. Cependant, depuis lors jusqu’en Août 2022, les taux suivent la même trajectoire que les mois précédents celui d’Août. C’est-à-dire une hausse générale, et ce, toutes durées et tous profils confondus.

A voir aussi : Voici comment faire une attestation d'habitation

Par ailleurs, les moyennes sont à 1,70% sur 15 ans, 1,85% sur 20 ans et 2% sur 25 ans. Et ce, pour le mois de juillet 2022, soit une hausse de 0,30% par rapport au mois de juin 2022. Toutefois, soulignons que les moyennes ont franchement progressé depuis le début de l’année. Car entre janvier et août 2022, les taux sont passés de moyenne sur 20 ans de 1,10% à 1,85%. Pour comprendre cette hausse rapide, soulignons que le taux de refinancement des banques a également subi une très nette augmentation. En effet, ce dernier est passé de 0,30% en début d’année à plus de 2% en juin 2022.

A lire également : Comment faire une belle entrée de maison extérieur ?

Quid des OAT et du taux d’usure ?

Les Obligations Assimilables du Trésor sont en nette baisse depuis quelques semaines. De plus, cela se répercute sur les taux d’emprunt. Quant au taux d’usure, c’est le taux maximum tout compris. Il est encore appelé TAEG et c’est le taux auquel les banques ont le droit de vous prêter. Cependant, pour les futurs emprunteurs, la situation se complique. Aujourd’hui, les emprunteurs se posent encore des questions sur ce fameux taux. Car il devient de plus en plus bloquant.

Évidemment, il faut qu’il y ait un peu de marge entre le taux nominal et le taux max. Pour rappel, le taux nominal c’est le taux du crédit tout seul. Alors que le taux max inclue les assurances et les garanties. Toutefois, cette marge n’est pas respectée car les taux moyens pratiqués par les banques sont en nette hausse. Et ce, malgré que le taux d’usure n’ait pas évolué en parallèle. Somme toute, pour qu’un emprunteur ait la chance de voir son dossier passer, il aura besoin d’un accompagnement. Et l’une des clés est de faire baisser entre autres le coût de l’assurance.